Les expansions du nom : bilan.

Les expansions du nom servent à préciser un nom, à donner des détails sur ce nom. On peut donc toujours les supprimer.
La fonction « expansion du nom » change de dénomination selon la nature grammaticale qui remplit ce rôle.

Les adjectifs (nature) épithètes (fonction) :

Lorsque l’expansion du nom est un adjectif (nature), on dit qu’il est épithète (fonction).
Un adjectif peut se trouver avant le nom (antéposé) ou après le nom (postposé) auquel il se rapporte.

L’épithète détachée :

  • L’épithète est détachée lorsqu’elle est séparée du nom auquel elle se rapporte par une ponctuation faible (virgule, point-virgule, deux points, parenthèse, tiret). Les adverbes comme « très », qui peuvent se glisser entre le nom et l’adjectif, ne comptent pas.
  • Exemple : « Dans son jardin, fleuri, Barnabé a planté des fleurs très rouges. »

L’épithète liée :

  • L’épithète est liée lorsqu’elle n’est pas séparée du nom auquel elle se rapporte.
  • Exemple : « Le jeune Barnabé s’inquiétait car son pantalon rouge était taché. »

Les groupes nominaux prépositionnels (nature) compléments du nom (fonction) :

Lorsque l’expansion du nom est un GNP (nature), on dit qu’il est complément du nom (fonction).
Seules les prépositions « de/du/d’ », « à/au/aux », « en » permettent d’introduire un complément du nom.

  • Exemple : « Le chien de Barnabé a mordu la grand-mère de Sidonie. »

Les propositions subordonnées relatives (nature) compléments du nom antécédent (fonction) :

Lorsque l’expansion du nom est une PSR (nature), on dit qu’elle est complément du nom antécédent (fonction).
Une PSR commence par un pronom relatif (qui, que, quoi, dont, où, lequel, duquel…).
Un pronom n’a pas de sens par lui-même. Il lui faut un antécédent (toujours devant lui) pour lui donner un sens.

  • Exemple : « Les histoires que raconte Barnabé sont amusantes. »

L’apposition (fonction) :

La fonction « apposition » est remplie par différentes natures (sauf l’adjectif). L’apposition est séparée du nom auquel elle se rapporte par une ponctuation faible.

  • Exemple : « Barnabé, ce grand garçon de dix-sept ans, dort encore avec la lumière allumée. ». Dans cet exemple, le groupe nominal « ce grand garçon de dix-sept ans » est apposé au nom Barnabé.

Le piège à éviter :

Il n’y a pas d’expansion du nom derrière le verbe être (et tous les verbes attributifs), mais des attributs du sujet.


En lien avec cet article :