Le vocabulaire de la poésie.

La poésie est un jeu avec les sons et les sens des mots. Pour « jouer avec les sons », elle suit des règles particulières qu’il faut bien connaître pour analyser un poème.

LES SONS : LES SYLLABES.

Un mot est composé de syllabes. Une syllabe est un son contenant une voyelle (a, e, i, o, u, y).

Scander un vers, c’est découper chaque mot en syllabes (afin d’en connaître le nombre). On scande un vers en séparant chaque syllabe par une barre oblique. Il y a quelques règles à retenir pour bien scander un vers :

Le « e » muet ne compte pas (puisqu’il est muet : il ne se prononce pas). Un « e » est muet en fin de mot, si le mot suivant commence par une voyelle(1), et en fin de vers(2), autrement il se prononce(3).

  • Exemple : c’est/un/trou/de(3)/ver/du/re(1) où/chan/te(1) u/ne(3)/ri/vière(2).

Quand il y a une consonne double, on coupe toujours entre les deux consonnes(1).

  • Exemple : Ac/(1)cro/chant/ fol/(1)le/ment/ aux/ her/bes /des/ hail/(1)lons

 LES VERS :

Un vers est une ligne dans un poème. On le nomme en fonction du nombre de syllabes qu’il contient :

  • Douze syllabes : un alexandrin.
  • Onze syllabes : un hendécasyllabe.
  • Dix syllabes : un décasyllabe.
  • Neuf syllabes : un enneasyllabe.
  • Huit syllabes : un octosyllabe.
  • Sept syllabes : un heptasyllabe.
  • Six syllabes : un hexasyllabe.
  • Cinq syllabes : un pentasyllabe.
  • Quatre syllabes : un tétrasyllabe.

Le vers libre ne se préoccupe pas du nombre de syllabes, mais seulement du rythme et des sonorités.

LA RIME :

La rime est le retour du même son en fin de vers.

Les rimes se caractérisent par :

  • Leur disposition :
    • Les rimes suivies : AA BB… Exemples :« bonbon », « citron », « ordinateur », « dessinateur ».
    • Les rimes croisées : A B A B…Exemples :« bonbon », « ordinateur », « citron », « dessinateur ».
    • Les rimes embrassées : A B B A… Exemples : « bonbon », « ordinateur », « dessinateur », « citron ».
  • Leur richesse :
    • Rimes pauvres : un seul son identique. Exemple : aveu / feu
    • Rimes suffisantes : deux sons identiques. Exemple : loup / filou
    • Rimes riches : trois sons identiques ou plus. Exemple : glacé / effacé
  • Leur genre :
    • Rimes féminines : rimes terminées par un -e muet. Exemple : rivière
    • Rimes masculines : terminées par un autre son que -e muet. Exemple : effacé
    • Remarque : en général, on fait alterner rimes féminines et masculines.

LES SONORITÉS :

La répétition d’une ou plusieurs consonnes à l’intérieur d’un vers (ou de plusieurs vers) s’appelle une allitération.

  • Exemple (Racine) : Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes.

La répétition d’une ou plusieurs voyelles à l’intérieur d’un vers (ou de plusieurs vers) s’appelle une assonance.

  • Exemple (Racine) : Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue.

 LE RYTHME :

La majorité des vers ont une unité de sens, mais il arrive qu’un vers soit étroitement dépendant du vers qui le précède ou qui le suit. C’est ce qu’on appelle un enjambement.

  • Exemple(Verlaine) :

« Souvenir, souvenir, que me veux-tu ? L’automne

Faisait voler la grive à travers l’air atone, […]»

LA STROPHE :

Une strophe est un groupement de vers (une sorte de paragraphe) dans un poème. Certaines strophes portent un nom particulier, en fonction du nombre de vers qu’elles contiennent :

  •  Six vers : un sixain.
  •  Cinq vers : un quintil.
  • Quatre vers : un quatrain.
  • Trois vers : un tercet.
  • Deux vers : un distique.

POÈMES À FORME FIXE :

  • Le sonnet : deux quatrains (rimes ABBA/ABBA ou ABAB/ABAB) et deux tercets (rimes CCD/EED ou CCD/EDE).
  • La ballade : trois strophes construites sur les mêmes rimes et un envoi de quatre vers. Un même refrain termine chaque strophe et l’envoi.

CONCLUSION :

Connaître la métrique permet de mieux lire un poème : savoir repérer les « e » muets permet de respecter la longueur, et donc le rythme du vers. On ne prononce pas un alexandrin de la même façon qu’un octosyllabe


En lien avec cet article :