Print Friendly, PDF & Email

Les conjonctions sont des mots invariables qui n’ont aucune fonction grammaticale dans la phrase.
Elles servent à relier des mots, des groupes nominaux ou des propositions.

Les conjonctions de coordination :

Moyen mnémotechnique : mais, ou, et, donc, or, ni, car (Mais où est donc Ornicar ?)

Elles relient des mots ou des groupes nominaux  :

Je mangerai un gâteau au chocolat et un croissant.

Elles relient des propositions en introduisant entre elles un lien logique (voir article sur les connecteurs argumentatifs). Dans ce cas, elles n’appartiennent à aucune des propositions qu’elles coordonnent  :

[J’irai à la poste] et [j’achèterai des timbres].

Les conjonctions de subordination :

Principales conjonctions de subordination : comme, quand, si, que (et ses composés : lorsque, tant que, si bien que, pour peu que…)

Consulter une liste exhaustive des conjonctions de subordinations dans l’article sur les compléments circonstanciels.

Ces conjonctions appartiennent à la proposition qu’elle introduisent :

[Il se demande] [s’il doit apprendre cette leçon par cœur.]

  •  « Comme » introduit une proposition subordonnée circonstancielle (souvent elliptique) dont la fonction est complément circonstanciel de comparaison.

Barnabé est bavard comme une pie.

  •  « Quand » introduit une proposition subordonnée circonstancielle dont la fonction est complément circonstanciel de temps.

Barnabé est en retard quand il pleut.

  • « Si » introduit :
  • Une proposition subordonnée circonstancielle dont la fonction est complément circonstanciel de condition.

Barnabé sera en retard s’ il doit passer à la boulangerie

  • Une proposition subordonnée interrogative indirecte dont la fonction est COD.

Barnabé se demande s’il doit apprendre cette leçon par cœur.

  • « Que » introduit une proposition subordonnée conjonctive dont la fonction est le plus souvent COD.

Barnabé pense qu’il va apprendre cette leçon par cœur.

En lien avec cet article :