Publicité

L'écran est trop petit : cliquez pour déplier le menu.

Publicité

Les paroles rapportées : discours direct, discours indirect, discours indirect libre

Les paroles rapportées peuvent apparaître de trois manière dans un récit.
Chaque manière fait appel à des notions grammaticales différentes.

Résumé en image

Les paroles rapportées
Les paroles rapportées – (c) cours2français.net
 

Discours direct

Discours indirect

Discours indirect libre

Caractéristiques

principales

Les paroles sont rapportées directement, sans modification, telles qu’elles sont prononcées. C’est le narrateur qui rapporte les paroles, non les personnages qui parlent, il y a donc des modifications. Le narrateur ne répète pas exactement ce qu’un personnage a dit, mais l’idée générale qu’il a exprimée. Le narrateur rapporte des paroles sans dire qu’il le fait. On le rencontre principalement dans des récits à narrateur omniscient adoptant le point de vue particulier d’un personnage.

Verbes introducteurs (avant, après ou en incise) :

dire, penser, affirmer, s’exclamer, ajouter, répliquer, répondre…

Verbes introducteurs suivis d’une proposition subordonnée. Attention aux emplois du subjonctif :

dire que, penser que, affirmer que,  s’exclamer que, ajouter que, répliquer que, demander si…

Pas de verbe introducteur.

Guillemets, tirets, deux points derrière le verbe introducteur.

Barnabé dit : « Bonjour ! »

Barnabé dit :
     -Il fera beau demain.
     – Tu as raison, répondit Hortense, il n’y a pas de nuage. 

Pas de ponctuation particulière.

Barnabé dit qu’il fera beau le lendemain et Hortense lui répond qu’il a raison parce qu’il n’y a pas de nuage.

Pas de ponctuation particulière.

Barnabé marchait dans la rue, soucieux à propos du rendez-vous. Devait-il revoir Hortense après tout ce temps ?

Pronoms

Barnabé me dit : « tu iras loin si tu apprends ta leçon de grammaire.» Barnabé me dit que j’irai loin si j’apprends ma leçon de grammaire. Uniquement des pronoms de la troisième personne.

Connecteurs

spatio-temporels

Repères spatio-temporels de la situation d’énonciation originelle (énoncé ancré) :

« hier », « aujourd’hui », « demain », « ici »…

Repères spatio-temporels du narrateur (énoncé coupé) :

« hier » à « la veille », « aujourd’hui » à « le jours même », « demain » à « le lendemain », « ici » à « là »..

Repères spatio-temporels du narrateur (énoncé coupé).

Phrase

déclarative

Verbe introducteur.
Point ou point d’exclamation à la fin des paroles.

 

Barnabé dit : « j’ai vu une girafe sans tache au zoo ! »

Verbes introducteurs suivis d’une proposition subordonnée commençant par « que ».

Ponctuation de la phrase déclarative.

Barnabé affirme qu’il a vu une girafe sans tache au zoo.

Pas de verbe introducteur.
Ponctuation de la phrase déclarative.

Barnabé marchait dans la rue, soucieux : il avait vu une girafe sans tache au zoo.

Phrase

injonctive

Verbe introducteur + emploi de l’impératif dans les paroles.
Point d’exclamation à la fin des paroles.

 

Barnabé ordonne à son petit frère : « Cours faire tes devoirs !»

Verbes introducteurs suivis d’une proposition subordonnée commençant par « que » ou « de ».

Ponctuation de la phrase déclarative.

Barnabé ordonne à son petit frère de courir faire ses devoirs.

Barnabé ordonne que son petit frère coure faire des devoirs.

Pas de verbe introducteur.
Tournures impératives + point d’exclamation.

Barnabé marchait dans la rue, très soucieux : son petit frère devait absolument courir faire ses devoirs !

Phrase

interrogative

Verbe introducteur + emploi d’une tournure interrogative dans les paroles.
Point d’interrogation à la fin des paroles.

 


Barnabé se demande : « ai-je bien vu une girafe sans tache ? »

Verbes introducteurs suivis d’une proposition subordonnée commençant par « si » pour une interrogation fermée, un autre mot interrogatif pour une interrogation ouverte.

Ponctuation de la phrase déclarative.

Barnabé se demande s’il a bien vu une girafe sans tache.

Pas de verbe introducteur.
Tournures interrogatives + point d’interrogation.

Barnabé marchait dans la rue, très soucieux : avait-il vu une girafe sans tache ?

Le discours narrativisé

Le discours narrativisé consiste à dire que l’on parle, mais sans rapporter les paroles.

Barnabé et Hortense se retrouvèrent après de longues années de séparation et parlèrent longuement.

En lien avec cette leçon sur les paroles rapportées

En lien avec les propositions subordonnées

En lien avec la phrase

Publicité