L'écran est trop petit : cliquez pour déplier le menu.

La voix active et la voix passive

La voix est la façon de distribuer les « rĂ´les Â» de l’action exprimĂ©e par le verbe : qui rĂ©alise l’action ? Qui subit l’action ?

Résumé en image

VOIX ACTIVE et PASSIVE
 

La voix active

Le sujet (un pronom, un GN, un nom propre…) réalise l’action exprimée par le verbe et il y a un COD.

Barnabé mange une orange

La voix passive

Le sujet subit l’action exprimĂ©e par le verbe. Celui qui rĂ©alise l’action, le « complĂ©ment d’agent », apparaĂ®t (lorsqu’il est exprimĂ©) dans un GNP introduit par « par Â». 

Une orange est mangée par Barnabé.

Caractéristiques et emplois de la voix passive

Dans la phrase passive, le verbe apparaĂ®t au mode participe passĂ©.

Dans la phrase passive, on emploie toujours l’auxiliaire ĂŞtre, donc le participe passĂ© est toujours accordĂ© dans une phrase passive.

Seuls les verbes se construisant avec un COD (les verbes transitifs directs) peuvent ĂŞtre mis Ă  la voix passive.

La voix passive permet d’effacer celui qui rĂ©alise l’action :

> Parce qu’il n’est pas connu :

Un tableau a été volé.

> Parce qu’on ne veut pas le nommer :

L’accord a été rompu.

> Pour généraliser (dans les règlements, les lois) :

Tout élève en retard sera envoyé en permanence.

Reconnaître la voix active et la voix passive : démarche à suivre

Ce n’est pas parce qu’il y a « par » dans une phrase qu’elle est obligatoirement Ă  la voix passive (« par » peut introduire des complĂ©ments circonstanciels) : il faut analyser la phrase de manière approfondie pour le dĂ©terminer avec certitude ! 

1. La tortue mange la salade.

2.Le chanteur est applaudi par les spectateurs.

3.Barnabé a découvert la bonne réponse par hasard.

I. Chercher quelle est l’action (donc quel est le verbe) 
  1. L’action est manger.
  2. L’action est applaudir.
  3. L’action est dĂ©couvrir.
II. Chercher qui rĂ©alise l’action
  1. La tortue rĂ©alise l’action de manger.
  2. Les spectateurs rĂ©alisent l’action d’applaudir.
  3. BarnabĂ© rĂ©alise l’action de dĂ©couvrir.
III. DĂ©terminer si celui qui rĂ©alise l’action est le sujet grammatical de la phrase
  • Si celui qui rĂ©alise l’action est sujet du verbe, la phrase est Ă  LA VOIX ACTIVE.
  • Si celui qui rĂ©alise l’action n’est pas le sujet du verbe, la phrase est Ă  LA VOIX PASSIVE.
  1. La tortue est sujet du verbe manger : la phrase est Ă  la VOIX ACTIVE.
  2. Les spectateurs ne sont pas sujet du verbe applaudir : la phrase est Ă  la VOIX PASSIVE.
  3. BarnabĂ© est sujet du verbe dĂ©couvrir : la phrase est Ă  la VOIX ACTIVE.

Passer de la voix active Ă  la voix passive

Le COD de la phrase active devient le sujet de la phrase passive, et le sujet de la phrase active devient le complément d’agent de la phrase passive.
A la phrase passive, on met le verbe au mode participe passĂ© et on emploie l’auxiliaire ĂŞtre conjuguĂ© au temps du verbe de dĂ©part.

La tortue mange la salade –> La salade est mangĂ©e par la tortue.

Passer de la voix passive Ă  la voix active

Le complément d’agent de la phrase passive devient le sujet de la phrase active et le sujet de la phrase passive devient le COD de la phrase active.
A la phrase active, on conjugue le verbe (le participe passĂ© de la phrase passive) au temps de l’auxiliaire ĂŞtre dans la phrase passive.

La salade Ă©tait mangĂ©e par la tortue –> La tortue mangeait la salade.

ReconnaĂ®tre le temps d’un verbe Ă  la voix passive

Dans la phrase passive, le temps est donnĂ© par l’auxiliaire ĂŞtre.

Une orange est mangĂ©e par BarnabĂ© : auxiliaire ĂŞtre au prĂ©sent + participe passĂ© accordĂ© avec « une orange Â». C’est du prĂ©sent passif.

Une orange a Ă©tĂ© mangĂ©e par BarnabĂ© : auxiliaire ĂŞtre au passĂ© composĂ© + participe passĂ© accordĂ© avec « une orange Â». C’est du passĂ© composĂ© passif.

Une orange avait Ă©tĂ© mangĂ©e par BarnabĂ© : auxiliaire ĂŞtre au plus-que-parfait + participe passĂ© accordĂ© avec « une orange Â». C’est du plus-que-parfait passif.

Une orange fut mangĂ©e par BarnabĂ© : auxiliaire ĂŞtre au passĂ© simple + participe passĂ© accordĂ© avec « une orange Â». C’est du  passĂ© simple passif.

Une orange serait mangĂ©e par BarnabĂ© : auxiliaire ĂŞtre au conditionnel prĂ©sent + participe passĂ© accordĂ© avec « une orange Â». C’est du  conditionnel prĂ©sent passif.

Une orange aurait Ă©tĂ© mangĂ©e par BarnabĂ© : auxiliaire ĂŞtre au conditionnel passĂ© + participe passĂ© accordĂ© avec « une orange Â». C’est du  conditionnel passĂ© passif.

En lien avec cette leçon :